Saint-Martory. Le préfet interdit aux Mairies la diffusion d'informations contre la réforme Darcos

In La Depeche.fr



Les réformes de l'éducation sont une préoccupation pour beaucoup. Saint-Martory ne déroge pas à cette règle. Plus de 80 personnes : enseignants, parents, professionnels de l'enfance et élus ont assisté à une nouvelle réunion sur le thème de la réforme sur l'enseignement engagée par le gouvernement.

Après une première rencontre mi-décembre, cette deuxième réunion publique avait pour but d'aller plus loin dans l'information donnée : reparler de la fin de l'école maternelle remplacée par les jardins d'éveil, s'inquiéter de la disparition des RASED (réseau d'aide aux élèves en difficulté), apporter des précisions sur les évaluations subies par les élèves de CM2, expliquer le fonctionnement des EPEP (établissements publics d'enseignement primaire), sortes de gros RPI rassemblant plusieurs écoles.


Enfin, Carole Donini, la directrice de l'école Louise Michel a voulu rassurer les parents sur les informations entrées sur le fichier base-élèves.

Les élus présents, maires ou conseillers des communes alentour (Saint-Martory, Lestelle, Beauchalot, Arnaud-Guilhem, Laffite-Toupière), avaient répondu nombreux à cette invitation, concernés et inquiets de l'avenir de l'école publique.


Joseph Lafuste a témoigné de son inquiétude alors qu'il a reçu, comme tous les maires du département, un courrier du préfet lui demandant de faire enlever toute affiche, tract des murs des écoles et bâtiments municipaux.

Pour lui, la réforme Darcos est « Une attaque en règle contre l'école publique de la République». Il a dénoncé le désengagement de l'état vers les collectivités locales et a annoncé qu'une résolution devrait être votée cette semaine au Conseil Général pour la défense de l'école publique.