Citoyens réveillons-nous! Sauvons l'Ecole Publique!

03 avril 2009

Trappes : L'école sinistrée de la maternelle à l'université

Un rassemblement s'est tenu dans la soirée devant l'Hôtel de ville de Trappes dans le cadre des 1000 manifestations pour l'école.



Suite à la réunion du 24 mars à l'école Langevin élémentaire ayant regroupée une trentaine de collègues, nous vous proposons de suspendre l'aide personnalisée le jeudi 9 avril pour participer à une Assemblée Générale qui se tiendra à l'école Cachin, de 12h à 13h, pour réfléchir tous ensemble aux points suivants :

  1. Bilan des aides personnalisées et reconduction des aides pour l'année prochaine; en particulier est-ce la bonne réponse à la difficulté scolaire à l'heure où on supprime sans aucune concertation et sans aucune réflexion sur les rytmes scolaires le samedi matin et les postes spécialisés . Quelle position pouvons-nous prendre collectivement sur la circonscription pour l'année prochaine, entre autre sur le retour à 4j 1/2 (samedi ou mercredi)?

  2. Stage RAN de printemps et d'été. Deux positions se dégagent; faire remonter les difficultés du terrain et laisser l'administration gérer le dispositif ou considérer qu'aucun enfant ne doit être pris en charge pendant les vacances car c'est cautionner une réponse inacceptable à la difficulté scolaire au moment où il s'agit de détruire l'école ( nouveaux programmes, suppressions de postes Rased etc...)

  3. Evaluations CE1. Trois positions; Une remontée sur les items effectivement travaillés, ne pas les faire passer ou ne pas les faire remonter

Sur toutes ces questions, nous vous invitons à en parler dans chaque école et à nous rejoindre le 9 avril pour élaborer une position commune avant les vacances de printemps et pour la rentrée de septembre.

Posté par trappes à 00:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

26 mars 2009

MANIPULATION DES STATISTIQUES des EVALUATIONS CM2

Non à la manipulation des statistiques sur les évaluations CM2 !
12-03-2009

Des témoignages nous parviennent de toute la France faisant état de pressions directes ou indirectes des IA-DSDEN sur les IEN CCPD pour gonfler les statistiques des remontées des évaluations CM2. La plupart des instructions données l’ont été oralement, mais certaines instructions écrites nous sont parvenues et confirment les alertes qui nous ont été lancées.

Ces instructions consistent à demander aux IEN CCPD de transformer les fichiers des résultats renseignés par les directeurs d’école, notamment ceux qui ont intégré un code 2 validant des compétences partielles, ou bien à transformer les codes A en 0 ou en 1 pour faire remonter les scores.

Le SNPI-fsu appelle les inspecteurs à ne pas compromettre leur indispensable légitimité professionnelle au sein de leur circonscription, ainsi que la valeur de leur expertise institutionnelle nationale dans des opérations de manipulation des informations qu’ils ont à valider et à transmettre.

Ce genre de pratique déroge à l’évidence à la déontologie la plus élémentaire. Elle met à mal la neutralité du service public et la confiance des citoyens envers la fonction publique. Dans certains cas, les instructions délivrées par les IA-DSDEN s’apparentent à une demande de production de faux en écriture publique dénoncée par le Code de procédure publique et le Code pénal. Dans d’autres cas, les instructions sont accompagnées de menaces sur la carrière, voire sur la réussite au prochain oral d’un concours national de recrutement. Là encore, ce genre de pratique est dénoncée par la morale et les lois et il est susceptible de poursuites judiciaires.

Dans la plupart des cas qui nous ont été communiqués, la même légitimation de l’opération revient, comme l’expression d’une manipulation grossière : « l’académie (ou le département, selon les cas) est classée dernière dans la remontée des résultats des évaluations ; il faut absolument atteindre le niveau national, sinon les sanctions vont tomber (sous-entendu pour le recteur, l’IA-DSDEN, voire les IEN CCPD) ». Stupéfiante course à l’échalote !

Cette information doit être croisée avec les témoignages de plus en plus nombreux qui nous parviennent sur la gestion autoritaire et ouvertement menaçante par le ministère et l’administration centrale à l’encontre des recteurs et des IA-DSDEN. Le limogeage spectaculaire de l’IA-DSDEN du Rhône a été à cet égard l’élément de trop dans cette gestion archaïque, irrespectueuse et contraire aux valeurs de notre république et de la démocratie. Désormais, tous les IA-DSDEN craignent de se voir renvoyés à tout moment. Une rumeur, plus ou moins fondée, nous est très récemment parvenue faisant état d’une « prochaine charrette » (sic). Dès lors, on ne peut s’étonner que certains IA-DSDEN perdent leur sang-froid et se livrent à des pratiques inadmissibles.

Tout cela est le fruit d’une politique éducative inspirée par le culte absurde du résultat avec des chiffres manipulés, par l’autoritarisme et la personnalisation dans la gestion de la fonction publique, une politique qui vise à l’atomisation du service public national dont les relais territoriaux sont mis en concurrence sur le modèle des entreprises privées à but lucratif.

Le SNPI-fsu soutiendra avec force tous les IEN CCPD qui défendront la dignité de leur fonction et celle du service public en refusant de se conformer à des instructions manifestement illégales et de nature à compromettre gravement un intérêt public. De même, conformément à ses statuts, il soutiendra tous les IA-DSDEN qui se verraient menacés ou sanctionnés pour avoir défendu avec courage et lucidité les valeurs du service public.

Posté par trappes à 22:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2009

RDV devant l'IA du 78.

Nombreux étaient présents parents et  enseignants du premier et second degré (tous syndicats confondus) devant l'Inspection Académique des Yvelines ce mercredi après-midi.

A l'appel du Snes-FSU un cortège s'ébranle en direction du bureau de police pour déposer une  plainte symbolique signalant la "disparition" de 1 681 élèves et 245 postes d'enseignant.

plainte

Posté par trappes à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 février 2009

RDV 78

RDV devant l'IA du 78, ce mercredi 11 février pour manifester notre mécontentement.

Posté par trappes à 19:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2009

policier_referent_2_031dc

Posté par trappes à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Police ça s'écrit avec un "l" ou deux "l" ?

évaluations scolaires très contestées

école . Face à la désobéissance pédagogique, l’État en appelle… aux gendarmes !

Pendant une semaine, entre le 19 et le 23 janvier, l’éducation nationale a procédé aux évaluations de niveau des classes de CM2. Pour le ministre Xavier Darcos, « les évaluations objectives, régulières, transparentes » ont un but : « disposer d’indicateurs fiables des acquis des élèves pour mieux piloter le système éducatif ». Mais l’obsession de l’évaluation rencontre de nombreuses réticences, voire une farouche opposition de tous côtés : instituteurs et directeurs d’école mais aussi parents d’élèves et élus locaux. Sur le principe, que les enfants soient évalués n’est pas en soi contesté. Les inquiétudes concernent en fait le contenu et les objectifs de ces évaluations. Pourquoi sont-elles d’un niveau trop élevé et pourquoi tester les élèves en janvier sur des connaissances qu’ils n’auront acquises et assimilées qu’à la fin de l’année scolaire ? À terme, la crainte est de voir se profiler une concurrence entre établissements scolaires et une remise en question de la liberté pédagogique.

Dans une lettre de désobéissance adressée au ministre de l’Éducation nationale, un directeur d’école de l’Ain, Pierre Devesa, explique son « indignation sincère » : « De quel cerveau surchauffé a pu sortir l’idée de soumettre à des élèves de CM2 un texte d’Hemingway et un de Maupassant, qui ne sont pas précisément des auteurs de littérature de jeunesse ? Le premier paragraphe de l’exercice 1, où un enfant malade se verra administrer une ampoule en guise de remède, est révélateur. Une ampoule ? Pour des élèves de 2009, l’utilisation de ce médicament n’est pas lumineuse. » Et de poursuivre : « Je ne souhaite pas collaborer à une vaste entreprise de fragilisation et de dépréciation de l’école (…). Nous étions des passeurs, des guides, et nous devenons des trieurs, des contrôleurs. » Comme lui, nombreux sont les professeurs et parents d’élèves à avoir empêché la bonne tenue des épreuves. Seule la méthode varie. À Toulouse et dans le sud de la Haute-Garonne, huit écoles ont été occupées et bloquées vendredi par des parents d’élèves pour ne pas diffuser les évaluations aux élèves de CM2. D’autres, comme à Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise), se sont rendus en classe avec les élèves pour confisquer les carnets d’évaluations distribués par les instituteurs.

Dans l’Hérault, la mobilisation a été aussi forte que… supervisée. Dans une dizaine d’écoles, dont celles de Loupian et de Saint-André-de-Sangonis, les gendarmes ont téléphoné aux directeurs d’établissement pour s’assurer du bon déroulement des évaluations. Une seule école aurait reçu leur visite directe. Selon Joël Vézinhet, secrétaire du syndicat SNUipp 34, l’inspecteur d’académie lui a assuré n’avoir donné aucun ordre aux gendarmes : « Il semblerait certaines gendarmeries font du zèle… Ça fait quelques mois que l’on voit des gendarmeries appeler des écoles. » Lors d’une réunion tenue vendredi 16 janvier à Gignac, l’inspectrice de la circonscription avait convié maîtres du CM2 et directeurs d’école à récupérer les livrets d’évaluation. Parents d’élè-ves et élus s’étaient invités. La réponse de l’inspecteur d’académie : l’envoi de huit gendarmes. Gérard Cabello, maire communiste de Montarnaud, présent lors de cette manifestation, a déjà reçu trois visites des gendarmes en deux mois. « La première, c’était avant les vacances de Noël. Ils sont intervenus car les parents d’élèves avaient apposé une banderole sur les grilles de l’école. Les deuxième et troisième fois, ils sont venus début janvier, le matin et le soir, pour enlever une banderole « Sauvons les RASED » et « Non à la fermeture d’une classe ». Je les ai interpellés pour leur dire que j’aurais été ravi de les voir plutôt sur des missions de sécurité. Par la suite, j’ai eu la confirmation qu’ils étaient en mission de renseignement. »

Ixchel Delaporte

Posté par trappes à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2009

Pour ceux qui ont déjà compris...Télé off jeudi...

teleoff

Posté par trappes à 16:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Une action bien ficelée !

"Attachons-nous à notre école" (Paris)



L'école maternelle PaliKao, rue de PaliKao, participera à l'opération

"Attachons-nous à notre école"
vendredi  6 février à partir de 16h20,

en lien avec l'école maternelle Tourtille.

Les 2 écoles seront reliées à l'aide de ficelles, cordes, liens en tissus, laine...

On témoignera, nous, parents, futurs parents, passants, sur ce qu'est l'école maternelle pour nous; on pourra formuler des vœux... Ces récits seront regroupés dans un grand cahier, et on ira symboliquement accrocher des rubans sur le lien tendu entre les 2 écoles.

Goûter final sur la place PaliKao devant l'école !

Posté par trappes à 16:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2009

Oui au soutien...des collègues

Dans le Lot et Garonne, seuls six enseignants disent encore Non à une mesure tombée du ciel, enfin du ministre Darcos qui n’y connaît rien à l’école.

Ils sont 6 à refuser l’aide individualisée, remède soi-disant miracle et on veut les sanctionner. L’Inspecteur Départemental est venu contrôler qu’ils étaient bien à leur poste, mais sans enfant, refusant de faire n’importe quoi, juste parce qu’on leur dit.

Un peu comme en..1200, 1789,1940 et j’en passe. Ils restent libres mais écœurés ! Car évidemment, ils veulent mieux pour les enfants, évidemment, ils sont les mieux placés pour connaître l’école et ce que l’on peut améliorer.

On les prend pour de simples exécutants, qui n’ont qu’à mettre en place les divines réflexions de fonctionnaires huppés.

C’est comme si le ministre du logement envoyait des notes de service sur la manière de faire le mortier ou interdisait de cracher dans les mains pour mieux tenir la pelle.

Ils ne sont plus que 6 pour la profession complète d’un département !

VOUS ne pouvez les laisser, il FAUT les soutenir de toutes les façons possibles et imaginables. Les côtoyant, je commence la chaîne, il faut qu’elle grossisse, grandisse et écarte les liens de la burocratie.

Il y aura d’autres luttes pour l’école publique à la française qu’on nous envie.

En attendant, soyons avec ces cinq femmes et cet homme qui veulent rester dans la droite ligne de l’idée qu’il se font de l’éducation.

Aidons les à rester debout !!! De gros retraits de salaires sont déjà prévus !

Je vous demande donc de faire circuler cet appel, de l’envoyer aux parents, aux enseignants, aux politiques de tous bords, aux associations et de le faire paraître sur les sites que vous connaissez. Il faut alerter.

Maintenant.

Toutes les idées sont bonnes à prendre…

Pensez à l’avenir, sans oublier le présent !

Jean Claude Massin Maître E Monflanquin

massinjcm@free.fr

Posté par trappes à 21:42 - Commentaires [1] - Permalien [#]